• Le peuple au service des assurances maladie

    À la base, les assurances maladie ont été créées pour être au service des citoyens. Comme tout le monde le sait, chacun en Suisse a, en principe, l'obligation d'avoir une assurance maladie. En cas de maladie, les frais engendrés sont couverts par l' assurance.

    Au lieu de payer directement les frais médicaux aux institutions et aux personnels spécialisés dans ce secteur, on paye à l'assurance maladie un certain montant prévu annuellement. Elle joue donc, le rôle intermédiaire entre les assurés et ces derniers. Mais les temps ont changé. Elles ne se contentent plus d'être intermédiaires.

    La santé des malheureux patients est-t-elle leur première occupation? Jusqu’où peut-on minimiser les coûts? Jusqu’à quel point peut-on maximiser les bénéfices? Où se trouve donc la limite dont elles ont déjà poussée à ses extrêmes, irrattrapables?

    Constamment, on cherche à réduire les prestations que donne le droit à l'assurance maladie. Mais aujourd'hui les assurances sont tellement éloignées de leur véritable objectif : "répondre aux besoins du peuple". Les primes sont en hausse constante, alors que les prestations sont en baisse.

    De nombreux médicaments et de soins pourtant nécessaires aux assurés ne sont pas couverts par l'assurance de base. Cela les obligent à prendre des assurances semi-privées ou privés, ou complémentaires ou encore de payer de leur poche. Ah oui, combien de complémentaires propose-t-on aux clients? Chacune des assurances en propose au minimum le nombre de doigts de vos deux mains. D'autres incluent ceux de vos pieds. Quelle est la somme d'argent qu'on peut se permettre de payer pour une assurance maladie? Et quel est son impact sur un budget familial?

    Il est temps de remettre les soucis des patients en premier plan et de rappeler aux assurances maladie la Responsabilité Social des Entreprises.

    Actuellement, le peuple se trouve au service des assurances maladie, cela doit changer. Les assurances maladie doivent reprendre leur rôle, donc être au service du peuple.

     

    KIRAL Muhittin