Appel de détresse par mail: méfiance

Publié dans la Tribune de Genève, 3-4 décembre, 2011

Tout commence le 8 novembre vers 7h00 du matin, lors qu’une personne proche de moi, m’appelle en me disant : « où es tu ? J’ai reçu un mail de ta part, que tu es à Abidjan, en Cote d’Ivoire pour des raisons personnelles. Que tu as été attaqué par un groupe de personnes, battu à mourir, très gravement agressé, grièvement blessé, que ta santé va mal et que tu es en danger. Actuellement tu te trouve à l’hôtel, à contacté l’Ambassade, tu es dans une situation très grave. Mais surtout que tu n’a plus un sou et qu’en urgence tu as besoin d’argent. En même temps, tout doit rester entre nous, personne d’autre ne doit savoir ».

En bas du texte, à mon nom un compte a été établi, et pour qui, sur lequel on peut verser de l’argent. C’est toujours très urgent.

La période infernale pour récupération ou suppression de mon compte Gmail commence.

Comment réagir, en sachant que mon mail et mon identité sont usurpés par les voleurs qui racontent des mensonges sur moi, qui essaient de convaincre mes contacts pour qu’ils versent de l’argent sur le compte ouvert, par les pirates, à mon nom, à Abidjan ?

La première chose à faire dans un tel bourbier, c’est de garder son calme, afin de maîtriser l’ensemble de la situation et de suivre, minutieusement, la procédure conseillée par Google.

Le 8 novembre, j’ai écris à Google, en expliquant les circonstances dans lesquelles mon compte Gmail avait été piraté et que je n’y ai plus aucun accès. La première réponse n’arrivait pas avant 24h. Puis échanges de mails se succèdent.

Le matin de ce jour, je me suis adressé au poste de police, j’ai expliqué ce qui s’est passé et demandé de déposer une plainte contre les inconnus.

Elle me répond, c’est inutile, ce genre de plaintes sont  de toute façon classées. Donc, sans suite.

Sinon, il y aurait possibilité d’adresser une plainte au Ministère publique, contre le piratage, mais qu’on ne pourrait pas aller plus loin, encore une fois l’affaire serait classée.

Cela veux dire que toute poursuite en justice contre les voleurs d’adresse mail et/ou d’identité n’est pas possible, ce qui est profondément regrettable. Espérant que des lois, à l’avenir, peuvent les condamner.

Le même jour j’ai publié un mini texte sur ma page Facebook, afin de pouvoir informer le plus grand nombre de personnes, surtout mes contacts, mes amis que mon mail a été piraté et qu’il faut ignorer les messages reçus de celui-ci, ou de les supprimer immédiatement.

Le temps passe, mon adresse mail se trouvait toujours dans les mains des pirates qui envoyaient des mails à mes contacts en demandant de l’argent, en utilisant les termes, (Très urgent).

Finalement, après plus d’une semaine d’attente et de nombreux échanges de mails avec Google, mais plus particulièrement grâce à notre collaboration efficace, mon compte Gmail a été sauvé des mains de pirates.

 

Muhittin KIRAL, candidat PLR à l'élection du Grand Conseil 2013

 

Les commentaires sont fermés.