FINALEMENT CE VA OU CE VA PAS ?

 

Le projet, CEVA, a fait couler beaucoup d’encre.

L’initiative acceptée par le peuple provoque la naissance d’une grande question que l’on doit se poser. Avons-nous fait juste ou faut, en ayant dit oui en faveur du CEVA ? C’était la meilleure décision à prendre ou la seule décision à prendre ? Où en sommes-nous ?

Est-ce que nous nous sommes fait piéger par les élus de France voisine qui attendaient discrètement le moment actuel pour nous annoncer leurs moyens insuffisants de financer la partie de la liaison ferroviaire sous leur responsabilité?!

Paradoxalement, ces mêmes élus ont la solution facile et rapide. Elle est la suivante, ils se présentent un beau matin devant la porte des Genevois ou et des Suisses, en disant, nous vous proposons de financer le reste de ce projet. Vous les Genevois et Suisses, vous devez faire preuve de compréhension. Il n’y a qu’une seule et unique chance de voir aboutir ce projet, c’est le financement qu’on vous demande, et ils pensent que cela va passer. L’argument avancé ? Genève aurait besoin de ce projet plus que les autres intéressés.

Pas du tout ! Là, je vous invite à revenir à la réalité, et vite, en même temps vous rappelle que vous en avez réellement besoin, plus que tous les autres concernés dans ce projet. Pas question de nous envoyer la facture des frais.

Sinon… Le peuple qui a accepté ce projet, détesté par tant d’opposants, (lesquels sont prêts à tout), peut sans hésitation sans difficulté le modifier ou repousser le plan actuel à un quart de siècle. Comme le projet de construction d’un pont à Genève, qui reste au niveau oral depuis des années. A vous de savoir, finalement CE VA ou CE VA pas ?

Puisqu’on y est, parlons d’un élu Genevois à l’exécutif cantonal qui dit, dans un article de la Tribune de Genève, la France a beaucoup plus souffert de la crise que Genève, montre qu’il ignore complètement la situation catastrophique de cette Ville. Le fait de ne pas voir les faillites, le taux de chômage double de la Suisse, le pouvoir d’achat des habitants du canton qui ne cesse de chuter, nous fait comprendre qu’il est loin de la réalité.

Heureusement que l’un de ses collègues, le conseiller d’Etat en charge du Département de la solidarité et de l’emploi a réussi à stopper une hausse du chômage, mieux encore, il a pu faire faire baisser ce taux maudit, et a pu empêcher une catastrophe plus grande.

Une autre chose, ce n’est pas à nous de résoudre les problèmes de la France, c’est à la France de se remettre en question et de les assumer.

KIRAL Muhittin, membre du PRD

Commentaires

  • cher Monsieur Kiral,

    Certes, les problèmes de la France, c'est à la France de les assumer.

    Et le très crucial problème du logement des Genevois, est-ce à la France, de l'assumer ?

    Le Ceva servira, surtout aux Genevois, très nombreux aujourd'hui à résider en France, ainsi que pour les très nombreux frontaliers ressortissants UE. Est-il nécessaire de vous rappeler, que tous ces gens, paient leurs impôts à Genève ! Car en définitive, le Français, qui travaille et vit en France, n'en n'a rien à faire de ce Ceva !

  • 2/3 (OUI: DEUX TIERS!) des nouveaux arrivants en France voisine sont des ex-résidents genevois qui trouvent pas de logement dans le Canton et qui donc sont de facto expulsés.

    C'est aussi mon cas, d’ailleurs. C'est vraiment a la France de payer les routes, écoles, transports publics et autres infrastructures qui vont avec cette expulsion? Avec les 5% misérables de la masse salariale retourné par le Canton?

    Rien construire, rien faire, pas de dépenses, et en plus garder le salaire des expulsés, c'est LE grand business du Canton de Genève... il faut trouver une façon de sortir de l'accord de double imposition de 1973, car la situation a bien changé depuis!

  • Genevois,

    Et le Suisse qui travaille et vit à Genève n'en n'a rien à foutre de ce machin de CEVA

  • GenevoisFE,

    Vous, et les étrangers de Genève, peu-être pas...mais, les enfants des Suisses de Genève, qui seront automatiquement expulsés vers la France, eux, en auront besoin, imaginez tous ces enfants de Genève, qui auront très bientôt besoin d'un logement...c'est vous, qui allez leur donner ? Ce Ceva, s'il se fait, ne sera pas prêt avant 8 ans...donc un enfant de 10 ans, aujourd'hui, aura 18 ans. N'oubliez jamais, que le Genevois, ne pourra plus se loger...NULLE PART SUR LE CANTON !

  • Très Cher Monsieur,

    Je tiens à vous rappeler clairement, je ne dit pas qu'il faut annuler ce projet, mais la France de son côté doit résoudre ses problèmes et assumer ses responsabilités dans projet CEVA.
    Donc, vous n'avez pas bien compris l'article. Vous parlez des étrangers, (eux aussi ont des enfants), en même temps de leurs besoins de façon méprisante. Il ne faut pas oublier que le nombre de ces étrangers dont vous parlez composent plus de 50% de la population genevoise. Ces étrangers aussi ont des enfants de 10 ans, étrangers et enfants d'étrangers d'aujourd'hui seront les Suisses et Genevois de demain. Dans huit ans ils auront 18 ans, seront automatiquement expulsés, comme vous dites, vers la France. Je ne sais pas si je peux leur donner un logement mais je vais certainement me battre pour qu'ils aient un logement. Votre commentaire contient une tâche noire cachée sur les étrangers, c'est regrettable et cela ne va pas résoudre le problème existant. Je répète, CEVA est pour tout le monde, notamment pour le développement de la région, mais chaque État doit assumer ses responsabilités. Donc, votre jugement est faut. J'espère avoir répondu à votre triste commentaire avant les Belles Fêtes.Par la même occasion je vous souhaite de Joyeuses Fêtes de fin année.

Les commentaires sont fermés.