Un barrage contre les océans

Ces dernières années notre pays est devenu la cible des attaques très violentes. Auxquelles, le gouvernement tente de répondre mais la tâche s’annonce difficile. 

 

Elles arrivent des différents continents ; Amérique, Europe, Afrique. Des différents pays ; des Etats-Unis d’Amérique, d’Allemagne, de France, du Royaume-Uni, de Libye, puis récemment du Canada. D’autres ne vont peut-être pas tarder pour hausser le ton contre la Suisse. Peu importe la raison pour laquelle ils le font. Il y a une chose à relever, dans tout ce qui se passe depuis un certain temps, ce sont les amis d’hier.

 

Mais qu’est-ce qui se passe ? Si tout cela nous arrive, parce que nous sommes seuls ? Non. Et si nous étions membre de l’Union Européenne, nous serions épargnés ? Pas sûr.

 

En revanche, ce qui est sûr, c’est qu’il y a une nouvelle politique mondiale, un changement. Pas facile de s’y adapter. Il ne faut pas que la Suisse se sente seule aujourd’hui. Elle a toujours été seule, et ce  malgré ses amis d’hier.Notre principale force vient de l’intérieur, de notre unité.

 

On peut être de gauche ou d’extrême gauche, on peut être de droite ou d’extrême droite ou du centre droit mais on a l’obligation de renforcer notre unité aujourd’hui plus qu’hier, demain plus qu’aujourd’hui et de parler d’une seule voix. En tous les cas, les intérêts nationaux doivent être placés au dessus de tous les intérêts de tout  Parti Politique, mais aussi privés.

 

Alors, la Suisse, un barrage, peut tenir contre les puissances, les océans. Après tout, un simple collègue dans le collège ou au Parlement est mieux que les meilleurs amis d’hier.

 

 

KIRAL Muhittin, candidat au Grand Conseil, Parti Radical, Liste 1

 

Commentaires

  • ce que je cherchais, merci

Les commentaires sont fermés.